Malachie Manouada sanctionne le directeur d’hôpital de Kaélé pour négligence médicale aggravée

Ce 3 Août  passé, l’histoire de la dame de 38 ans qui a perdu la vie alors qu’elle devait subir une césarienne au district sanitaire de Kaélé, a émut et révolté une bonne frange des camerounais.
En effet, la femme enceinte arrivée au terme de sa grossesse, a été abandonnée à son sort par le directeur de l’ hôpital et l’obstétricien attitré du centre hospitalier.
Un manque de déontologie inacceptable pour le Ministre délégué de la santé publique au Cameroun.

 Le Ministre en charge de la santé publique au Cameroun, Mr Manouada Malachie, une fois mis au courant de cette négligence et de ce manque de professionnalisme inadmissible de la part du chef du service hospitalier, a décidé d’infliger une sanction à l’encontre du fautif pour marquer le pas sur les conséquences du non respect du serment d'Hypocrates sous son ministère.

Il a ainsi suspendu le directeur de l’hôpital de district de Kaélé, DR Njongmo Daïssala, pour une durée de 3 mois sans préjudice de poursuites disciplinaires,  pour manquement grave à la déontologie et à ses obligations professionnelles.

Pour rappel, dans ce centre de santé sont décédés une femme enceinte et son bébé par faute de soins, alors qu’elle endurait depuis des heures les affres du travail prénatal.
Le directeur de l’ hôpital avisé par le personnel, n’a pas voulu se présenter et n’a pas non plus entériné des négociations afin que son obstétricien vienne au secours de la femme enceinte et délivre son bébé qui était en souffrance fœtal .

En effet, le gynécologue et le directeur étaient en froid suite à de houleuses disputes relatives au non-paiement des primes qui revenaient de droit à l’obstétricien et que le directeur garderait pour son propre compte, le médecin avait averti le chef du poste qu’il ne prendrait plus des engagements en sus de ses horaires conventionnels.
Des menaces qu’il a malheureusement mises à exécution, et qui auront coûté la vie à deux personnes totalement innocentes et étrangères à tous ces différends.

Commentaires