Les mototaxis : Découvrez le nouveau ‘’stage’’ de vacance lucratif des élèves et étudiants de Garoua !

C’est déjà le début des vacances scolaires à Garoua !
Pendant que certains étudiants déposent leurs demandes de stage  dans les différentes entreprises de la localité, d’autres ont pris l’option de se faire de l’argent de poche par leurs propres moyens, en se transformant en mototaximens, un business actuellement très prisé par nos élèves devenus dans les circonstances, apprentis conducteurs.

Actuellement en vacance et dans l’attente des résultats des examens officiels ou des sessions normales, certains étudiants ont décidé ne pas rester oisifs en ces périodes de détente, et se sont lancé dans des activités vacancières dans le but d’assurer les frais scolaires de la rentrée prochaine, ou pour seconder leurs parents dans les dépenses quotidiennes.

On remarque alors à Garoua, des  jeunes qui investissent les rues pour proposer des articles vendus à la sauvette ou, plus fréquemment, proposer leurs services en tant que mototaximens.
Cette activité qui compte de plus en plus d’adeptes, a même incité certains jeunes hommes, qui ont eu vent des avantages de ce travail saisonnier, à quitter leurs villages pour rejoindre la capitale du Nord.


C’est le cas par exemple du jeune Eric, lycéen dans un établissement scolaire situé dans un village périphérique de la ville :
‘’ Je vis à Nakon avec mes parents et mes frères. C’est une localité située à quelques kilomètres de Garoua. J’ai préféré venir passer mes vacances à Garoua chez mon oncle, car je voulais un peu changer d’air. Lorsque je suis arrivé j’ai trouvé l’un de mes cousins qui exerce le travail de moto taximan depuis des années. Il m’a proposé de l’aider et vu que je m’ennuyais à la maison j’ai accepté sa proposition. Je travaille tous les jours de 8 h à 12 h puis je remets la moto à ‘mon cousin. Je réalise une recette journalière de 4000 à 5000ren espace de 4 heures de temps. Après avoir mis de côté 1500 F’pour l’essence et donné 1000 F à mon cousin pour l’entretien de la moto, je me retrouve avec 1500 ou 2000 F. Je ne suis qu’à ma deuxième semaine et j’ai déjà plus de 10 000 F dans ma petite caisse. Je garde jalousement cet argent que j’utiliserai pour l’achat de mes fournitures scolaires’’ narre le jeune homme, tout fièrement assis sur son mototaxi.

Cependant, tous les riverains n’immergent pas dans cet engouement relatif au mototaxis, conduits par des jeunes inexpérimentés.
Selon cette partie de l’opinion, confier ces engins à des ‘’enfants’’ ,représente un grave danger, à la fois pour l’élève conducteur mais également pour le passager, qui mettraient ainsi tous les deux leurs vies en péril :
’Moi je pense qu’il est très dangereux de donner des engins tel que la moto aux élèves en vacances sous prétexte de leur éviter l’ennui. Cependant je ne suis pas contre les stages de vacances en entreprise par exemple. Le problème avec la moto ce que, c’est un engin dangereux qui peut causer des accidents sur la voie publique et ôter la vie à des personnes. En plus, ces enfants pour la plupart qui sont des mineurs n’ont pas appris la conduite dans une autoécole’’ se scandalise Emmanuel Baba, enseignant de son état.

Toutefois, d’autres citadins interrogés, saluent le courage et la détermination de ces élèves, qui à leur age, ont décidé de s’assumer et d’assurer leurs dépenses de la prochaine rentrée, en se dégotant un travail honnête.
C’est en tout cas la philosophie de sieur Halimatou Bouba, rencontré dans les rues de Garoua :
’Moi je les encourage beaucoup, car ils poursuivent un objet louable. Lorsqu’on a un enfant travailleur et entrepreneur, il faut l’encourager dans ce qu’il fait D’ailleurs je n’hésite pas à emprunter la moto lorsque je vois un petit frère au guidon. Quant aux accidents, c’est Dieu qui nous protège tous’’

 

 

Commentaires