Attaque terroriste de Boko Haram dans l’Extrême-Nord : un enfant tué et 70 maisons pillées !

Alors qu’on les pensait repoussés par les forces militaires, on note ces dernières semaines une recrudescence des attaques des jihadistes de la secte islamistes Boko Haram dans les zones frontalières au Nigéria dans l’Extrême-Nord.
Ils ont effectué une descente macabre dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 Novembre 2019 à Ldagodja. Le bilan de cette incursion fait état d’un mort et grandes pertes matérielles.


Le modus operandi des attaques terroristes des Djihadistes est presque toujours le même : armés de fusils de guerre et d’autres armes blanches, ils surprennent les populations autochtones au cœur de la nuit.
Sous la menace de leurs armes, certains tiennent les habitants en respect, pendant que d’autres s’affairent à  dépouiller les domiciles de tous leurs biens, dont les bétails.

Leur incursion de ce dimanche aura été particulièrement violente : un enfant de 12 ans aura été poignardé et 70 maisons pillées.

Un regain de violence qui justifie les appréhensions de certaines personnalités politiques camerounaises, par rapport à la tenue du double scrutin législatif et municipal prévu en février 2019.
En effet, bon nombre de partis politiques se sont dressés contre le convocation du corps électoral camerounais, avant la résolution de la crise socio-politique dans les régions anglophones, et l’éradication définitive de Boko-Haram dans le Septentrion. 

Commentaires