Affaire Ibrahima Belo : L’audience des policiers qui avaient torturé l’adolescent annoncé pour le 4 décembre prochain !

Cette affaire avait fait couler beaucoup d’encre en 2017. Le jeune Ibrahima Bello, âgé de 17 ans aux moments des faits, avait été torturé et laissé pour mort par les forces de l’ordre sur le bord de la route. Il traine depuis lors un handicap lourd, ses membres inférieurs ayant été amputés.
Après deux ans d’incarcération, ses bourreaux comparaîtront devant le Tribunal de Bafia, pour répondre de leurs actes.

Ce 4 décembre 2019 au Palais de justice de Bafia, sont attendus un commissaire de police et des membres des forces de l’ordre, dans le cadre de l’affaire Ibrahima Bello.
Les mis en cause, ont été inculpés en 2017, pour avoir infligé des sévices corporels au jeune de 17 ans, qui ont conduit à l’amputation de ses membres.

Ces crimes auraient bien failli rester impunis, si l’avocat Me Gabriel Mougnol, avocat au Barreau du Cameroun, n’avait pas pris l’initiative d’assurer sans frais, la défense des intérêts du jeune Bello.
En effet, la victime s’est retrouvé livré à lui-même, lorsque l’avocat du MRC, Me Emmanuel Simh, a arrêté de plaider pour sa cause.

Pour en revenir aux faits, le jeune Ibrahima Bello, avait été soupçonné par un particulier d’avoir tenté de voler son véhicule.
Interpellé par les forces de  l’ordre, il sera conduit au poste de police pour ce qui aurait dû être un interrogatoire de routine.
A la place, le jeune homme souffrira le martyr : il sera torturé par les forces de l’ordre du poste de police d’Ombessa à coups de machettes et de décharges électriques.
Agonisant, il sera porté en jeté en catimini par ses bourreaux sur une des routes de la localité.
Il ne devra son  salut qu’à l’intervention d’un riverain qui l’a repéré et amené au centre hospitalier le plus proche.

Mais il ne sortira pas indemne de ce calvaire : ses membres, réduits à quelques lambeaux de chairs à cause des coups de machette, seront amputés et le jeune homme subit encore le traumatisme psychologique de ces heures en enfer.

 

Commentaires