Jean de Dieu Momo réclame le Prix Nobel de la Paix pour Paul Biya !

L’ancien pourfendeur du régime d’Etoudi et actuel Ministre délégué auprès du Ministre de la justice, ne tarit pas d’éloges envers le Président de la République Paul Biya.
Pour Jean de Dieu Momo, les manœuvres du Chef de l’Etat camerounais pour la paix et la stabilité ne sont pas reconnues à leur juste valeur.
Raison pour laquelle il revendique que le Prix Nobel de la Paix lui soit discerné.

A en croire le fervent ‘’bouclier’’ de Paul Biya, le Président de la République est bien ‘’ trop modeste’’, mais devrait à juste titre prétendre au Prix Nobel de la Paix, décerné chaque année à ‘’ la personnalité ou la communauté ayant le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix’’.

Ainsi, en considération les grands moyens mis en œuvre par Paul Biya dans la résolution de crise anglophone, Jean de Dieu Momo estime que le prestigieux prix revient de droit au locataire d’Etoudi.

Toutefois, du fait que les conflits anglophones ont été reconnus comme étant ‘’ la crise la plus mal gérée dans le monde’’ par l’ONU, ces arguments sont-ils plausibles ?
Aux observateurs d’en juger…

Nous vous proposons l’intégralité de la tribune libre de Jean de Dieu Momo :

 

Je puis vous assurer qu’il n’est pas demandeur. C’est quelqu’un de modeste. Mais nous, nous sommes demandeurs. Parce qu’il le mérite. Je pense que le Prix Nobel serait une moindre récompense. Les Obama l’ont eu, qu’est-ce qu’ils ont fait pour mériter le Prix Nobel de la Paix ? Par rapport à ce que le président Paul Biya a fait pour son pays, pour le Cameroun? Ce pays qu’il a pris dans les mains comme un œuf et qu’il a porté comme sa croix contre vents et marées malgré toutes les conjonctures internationales défavorables, je pense qu’il mérite le Prix Nobel de la Paix. D’autant plus que, que ce soit la crise anglophone, que ce soient toutes les crises que le Cameroun a traversées, la crise économique etc, le président de la République a protégé son pays et a protégé son peuple. Sa philosophie est inscrite en lettres d’or dans son livre « pour le libéralisme communautaire ». C’est la construction d’une conscience nationale débarrassée du repli identitaire, débarrassée du tribalisme-ethnofascisme caverneux et primitif. Il veut construire une nation et nous devons aider ce monsieur-là. La moindre récompense que nous pouvons lui donner, et ce sera encore insuffisante, sera le Prix Nobel de la Paix. Mais dans nos cœurs, nous devrons lui édifier une tour plus grande que la tour de Babel ‘’

 

Commentaires