Etudiant retrouvé mort à Yaoundé : Révélations sur les circonstances du décès tragique de Cédric Momo !

Ce jeudi 7 Novembre 2019, la découverte macabre du corps sans vie de l’étudiant Cédric Momo, a suscité l’émoi et la consternation chez les proches de la victime ainsi que toute la population du quartier Médong.
Décrit comme un jeune homme d’une conduite irréprochable, Cédric Momo, étudiant en médecine de 25 ans, est mort dans des circonstances troubles.
Toutefois, à ce jour, des nouvelles informations viennent dissiper peu à peu le mystère autour de son trépas.

A 25 ans, Cédric Momo, est un étudiant inscrit en septième année de médecine à l'institut supérieur de technologie médicale (ISTM).
Fils unique, il est décrit pour être un jeune homme très proche de ses parents, studieux et facile dans ses relations.
Mais sa mort dans des circonstances pour le moins obscures viennent de jeter le désarroi dans sa famille, qui nourrissait en lui beaucoup d’espoir selon ses proches interrogés.

Tout remonte au lundi 04 Novembre dernier, jour à partir duquel il a été porté disparu.
D’après la déposition de son oncle Anatole Nguemo, il serait dans un premier temps sorti avec un membre de la famille et revenu à la maison vers 23 heures pour le coucher.
Pourtant, plus tard dans la nuit, l'étudiant sera de nouveau aperçu au quartier Mvog-Ada dans un bar de la place.
 Sa présence jusque-là dans ces lieux reste une énigme et interloque,  vu que ses connaissances à l’unanimité insistent sur le fait qu’il était "responsable et pas du tout fêtard".

 D’après les informations relayées par la chaine de télé Vision 4, le jeune étudiant sera poursuivi très tôt le matin (aux environs de 5h30) par une bande de malfrats.
Plutôt que de se rendre à ses assaillants, Cédric aurait choisi de se jeter dans le Mfoundi, le grand fleuve éponyme du département.
Suite à ces témoignages, deux des trois suspects interpellés seront mis à la disposition des forces de l'ordre pour les besoins de l’ enquête.

Toutefois, le puzzle reste incomplet dans l’esprit de ses proches et des enquêteurs, qui s’interrogent encore sur les événements qui ont précédé la mort de Cédric et les raisons pour lesquelles il était poursuivi.
Ce creux de plusieurs heures empêche ainsi de tirer à conclusion à cette affaire, vu qu’on ignore jusque-là l’identité de la ou des personnes avec qui il a passé la nuit, et les raisons pour lesquelles il n’a pas émis un coup de fil pour demander de l’aide s’il se trouvait en danger.
Interrogé, l’oncle Anatole Nguemo, et dans ces circonstances représentant de la famille, a tenu de prime abord à à dissiper tout soupçon sur la bonne conduite de son neveu.
"Cédric était quelqu'un de très raisonnable et réfléchi. Il avait carrément laissé sa chambre étudiante de Messassi pour venir vivre auprès de ses parents permettant à ceux-ci de faire des économies" témoigne-t-il.

Pour le moment, l’hypothèse d’un guet-apens est la plus plausible.
Ainsi, les soupçons sont tournés vers le barman du bar dans lequel il été aperçu pour la dernière fois.
En effet, plusieurs témoins se sont signalés, pour indiquer que le gérant de la buvette en saurait beaucoup plus qu’il ne le prétend.
Affaire à suivre…

Commentaires