Un criminel récidiviste sous liberté conditionnelle terrorise la ville de Bamono en toute impunité !

Ngoua Martin, ce nom est connu de tout Bomono, cette petite ville dans la région du Littoral.
Et pour cause, le cité plus haut sème la panique dans toute la cité, s’attaquant aux riverains et, plus particulièrement les opérateurs économiques.
En liberté conditionnelle depuis quelques temps , il a déjà commis de nombreuses et 
 violentes agressions, sous le nez et la barbe des autorités locales.


 Avec plusieurs condamnations à son actif, en même en liberté provisoire, le nommé Ngoua Martin n’en demeure pas moins un habitué des faits divers dans les journaux locaux.
Dans son numéro 116, nos confrères du journal La Voix du Centre sont revenus sur les derniers délits commis par l’individu à la tête d’une escouade de malfrats.

A en croire le journal, Martin s’en est pris simultanément aux investissements de l’opérateur économie Nguimè Wanga Elie et à Nono jean Jules, l’un de ses amis.
‘’ Les deux hommes qui discutaient paisiblement à la véranda de la structure d’hébergement appartenant à l’opérateur économique Nguimè Wanga Élie seront surpris par l’éruption de Ngoua Martin et d’une dizaine de ses sbires. Ngoua Martin va assener plusieurs coups de pelle et autres objets contondants aux parties sensibles de Ngume Wanga Elie au point que ce dernier perdra connaissance et sera laissé pour mort sur le sol. Nono Jean Jules, l’ami de la victime ami de la victime qui se trouvait sur les lieux, sautera dans son véhicule pour échapper à cette déferlante de haine. À bord de deux véhicules Ngoua Martin et sa bande vont se jeter à sa poursuite et le prendre en tenaille en contre bas. Il subira le même sort que son ami et n’aura la vie sauve que grâce à l’intervention des gendarmes en faction à la société Sitracam. À la vue de l’intervention des hommes en tenue, Ngoua Martin et sa bande prendront la fuite, abandonnant leurs deux véhicules qui seront remorqués par le commandant de la brigade de gendarmerie de Dibombari jusqu’à ses services, sous ordre du procureur ’’, relate-t-on dans cet article.

De retour sur les lieux aux environs de 17H et ne trouvant pas ses deux véhicules, Ngoua martin ira à nouveau s’en prendre à Nguime Wanga Elie dans sa propriété hôtelière.
 L’opérateur économique alertera le procureur, ce qui ne dissuadera pas les assaillants, qui resteront tapis autour de l’hôtel.
Profitant du départ de Nguimè Wanga, Ngoua Martin essayera ainsi de provoquer un incendie dans le complexe hôtelier :
‘’ Empêché par le vigile, Ngoua martin va déverser le contenu de son jerrican d’essence sur le véhicule de marque Toyata Land Cruiser immatriculé LT 976 HA appartenant à Nguimè Wanga Elie avant d’y mettre le feu qui le réduira en cendre. Son autre véhicule, une Mitsubishi immatriculée LT 574 DA sera vandalisée’’, lit-on. 

Toutefois, nous apprenons que les hostilités entre les deux hommes remontent à plusieurs mois.
En effet, Ngoua et Wanga étaient protagonistes dans une affaire de titres fonciers portée à la Cour.
Par la suite, le 20 aout dernier, la cour d’appel du littoral a annulé la décision du tribunal de première instance de Mbanga qui condamnait Nguime Wanga Elie à deux ans de prison ferme et 47,5 millions d’amendes, ramené désormais a seulement à 45mille francs.
Un verdict qui sera contesté avec véhémence par Ngoua Martin qui, dépité, crie au complot contre sa personne.

Sur les réseaux sociaux, Ngoua Martin s’affiche et profère publiquement des menaces à l’encontre de Nguime Wanga Elie qui a pourtant déposé une plainte depuis lors.
Serein et nullement inquiété, son agresseur, qui terrorise également les populations de Bomono, continue à vaquer à ses occupations et n’a répondu à aucune convocation de la police, ni reçu une mise en garde suite à toutes ces violations faites à la liberté conditionnelle.

Commentaires